Ardéchoise 2017 en 2 jours.

Voici le compte rendu du groupe de TB34 qui a réalisé l’Ardéchoise en 2 jours. Equipe composée de 3 jeunes nés dans les années 40, 2 plus jeunes des années 50 et le petit jeunot né en 60. Sur les 6 , seul Gérard découvrait l’Ardéchoise et lulu avait participé aux premières éditions du temps de sa jeunesse. Programme prévu : parcours « L’Ardéchoise » 220 kms et 4270m de dénivelé et 10 ascensions Une équipe d’éclaireurs composée de Lulu , JC et BB étaient sur place dès le mardi , vite rejoints par Alain B. venu avec son épouse en camping-car . Le jeudi soir toute l’équipe était réunie autour d’une bonne bière avec l’arrivée de Aimé et Gérard L. pour définir l’heure et le lieu du rendez-vous du départ pour le lendemain. Le vendredi matin le temps est chaud avec un petit vent du nord et nous sommes prêts pour l’aventure . D’entrée nous escaladons le col du buisson qui n’est pas très dur et idéal pour une mise en jambes , regroupement au sommet et descente sur Lamastre où nous faisons une halte café Ensuite nous attaquons le petit col des Nonières où nous nous ravitaillons en eau , le soleil commence à taper et avec le vent dans le dos , la chaleur s’en ressent. Arrivés au Cheylard après une bonne descente , nous commençons l’approche du col de Mézilhac par un long faux-plat d’une douzaine de kilomètres. Ce col n’a pas de pourcentages exceptionnels mais il est long , il est plein sud donc au soleil et celui-ci tape fort vers midi. Avec lulu nous nous octroyons une pause à l’ombre pour refroidir le moteur , enfin surtout le mien , c’est pas le moment de couler une bielle ….. Enfin arrivés au sommet , nous rejoignons les copains déjà attablés et là Gérard nous informe que son rythme cardiaque ne redescend pas sous les 120 pulsations et surtout quand il est arrivé au sommet son cœur battait à 190. Inquiet je me renseigne auprès des bénévoles pour savoir où est situé le poste de secours , en fait il faut appeler les pompiers mais une bénévoles fait un appel et une participante médecin ausculte sommairement Gérard lui conseillant de se reposer tant que son rythme n’est pas redescendu. Après concertation avec le reste du groupe , les 3 « papys « décident de continuer sur le trajet prévu. Avec Lulu, je reste avec Gérard pour rentrer au plus court vers notre gîte prévu à Sagnes et Coudoulet . Nous y allons tranquillement en faisant une halte rafraichissante à Lachamp Raphael. Arrivés les premiers au gîte, nous attendons nos 3 papys qui arrivent vers 17h00 pas trop fatigués. Nous avons bien fait de couper car Aimé me confirme que la côte de la Barricaude est toujours aussi longue et pentue , voyant plusieurs participants marcher ou s’arrêter pour récupérer . Nous attendons le repas en nous ressourçant de moult pintes de houblons, le repas est délicieux et à 22h tous au lit , demain nous souhaitons partir très tôt avant que le vent ne se lève…..

Samedi 17 juin A 6 heures Alain et lulu sont déjà debouts , le vent aussi , il est bien présent dès potron-minet . Après le petit déjeuner , nous démarrons à 7h15 direction le col du Mont gerbier des joncs, la température est descendue à 8° le démarrage est difficile , d’entrée une petit côte de 2kms , et après une descente nous attaquons le col où les 2 derniers kilomètres sont à 7-8% avec un vent du nord de face assez fort avec des rafales .Au sommet, JC a cru que nous étions déjà passés , donc ne nous a pas attendu ( tant pis sera pas sur les photos) superbe panorama au sommet et photo classique du tas de pierre Nous redescendons prudemment sur St Martial , car les bourrasques de vent pourraient nous déséquilibrer . Arrivés à Arcens nous retrouvons JC au ravitaillement. Dans la vallée le vent est beaucoup moins violent , après St Martin de Valamas commence la longue montée vers le col de Clavières mais surtout le pantagruélique ravitaillement de St Agrève , là nous rejoignent le trio Patrice , Françis et Stéphane qui nous racontent leurs péripéties . Nous repartons de concert direction le petit village de Rochepaule et sa petite côte de 3 kms bien casse pattes . Dernière difficulté la longue montée vers Lalouvesc ( 12kms) , le début est assez raide ( 7%) mais la fin est plus calme , à Lalouvesc il y a une grosse ambiance , beaucoup de cyclistes s’attendent ou récupèrent . Nous sommes tous réunis pour amorcer le faux plat descendant vers le col du Buisson et ensuite la descente vers St Félicien où nous arrivons tous ensemble. Notre ardéchoise s’est bien passée, toujours autant d’ambiance festive dans les villages traversés, et la météo a été clémente par rapport à l’an passée où les participants avaient eu le froid et la pluie. Des nouvelles des autres participants Antoine Trani est parti sur le parcours de la Volcanique en 1 jour , il a perdu beaucoup de temps suite à un problème sur sa roue libre . il termine en 9h58 Nicolas Vierne malgré sa clavicule cassée 3 mois plus tôt était au départ du parcours « les boutières » qu’il a bouclé en 5h01’ Olivier Reymond , Michel Canals et Hervé Baradel étaient en touristes sur le parcours « les Doux » où ils ont rencontrés de charmantes bénévoles ( n’est ce pas Hervé….)

Merci à Bernard Boiraud pour ce récit.