L’héraultaise 2017

Nous étions 6 TB34 inscrits à l’Héraultaise :  Jean-Claude Tolmos, Luc Sabatini, Eric Conejero, Marc Sanchez et Emmanuel Crespin sur le petit parcours 90kms; Nicolas Vierne sur le grand parcours 138 kms.

Le souvenir de Roger Pingeon, instigateur historique et récemment décédé, a plané tout au long de la journée . Une minute d’applaudissements nourris lui sera d’ailleurs allouée en guise d’hommage juste avant le départ. Dans le sas, on nous annonce un début de course neutralisée avec une légère modification de parcours due aux travaux à St Jean de Fos ou nous ne passerons pas, ni au pont du Diable d’ailleurs. Nous rejoindrons Montpeyroux via Lagamas.

La météo est correcte, température moyenne mais le vent est déjà très présent, et souffle par moment en rafales. Dés les premières portions non abritées, le peloton s’étire et chacun cherche à se protéger. C’est un début de course très stressant avec de nombreux ralentissements et des changements de trajectoire de la part de certains; il faut donc être très vigilant. La fin de la neutralisation a lieu à la sortie de Montpeyroux, ou je me trouve en compagnie de Camille, Marco et Eric dans le premier quart de course.

La montée du col du Vent sera difficile, surtout bien sur dans les passages ou le vent est contraire. Chacun est alors en proie au dilemme de ne pas ménager ses efforts pour basculer dans un groupe intéressant ou de garder des forces pour plus tard. Avec quelques coureurs, on reste à petite distance d’ un groupe plus étoffé, et dans le dernier kilomètre nous faisons l’effort pour les rattraper juste avant le sommet. Puis c’est le plateau qui nous attend, avec toujours autant de vent, mais nous nous organisons bien et arrivons à rentrer sur un autre groupe qui nous précédait. Après la descente vers St-Etienne de Gourgas, un autre groupe nous rejoint dans lequel se trouve Marco. La deuxième grosse difficulté du jour se présente alors avec la montée du Thérondel dans la forêt de Fozières ou en plus de luttait avec la pente, il faut aussi essayer d’éviter les nombreuses pommes de pins qui parsèment la route. Une sélection est de nouveau en train de s’effectuer, Marco en fera les frais, et moi je ne suis pas loin de passer à la trappe. Avec une paire de coureurs, plusieurs fois décrochés et rentrés, c’est au courage que nous arrivons au sommet en queue de peloton. Enfin un peu de répit dans les faux plats à l’abri du vent ou tout le monde éprouve le besoin de récupérer.

Il ne reste plus qu’un tiers de distance à effectuer et cette fois avec vent et dénivelé favorables, autant dire que les rouleurs vont s’en donner à cœur joie. Juste avant St Jean de la Blaquière, nous reprenons Camille esseulé, et fatigué de sa course de la veille . Les quelques petits coups de cul de fin de parcours élimineront les plus fatigués d’entre nous, et c’est à vive allure que nous atteignons Gignac. je n’ai plus trop de forces pour disputer le sprint mais je donne tout pour grappiller quelques places.

Régis Rolland me félicite à l’arrivée, et quelques minutes après Marco arrive déçu de ne pas avoir tenu bon dans Fozières; puis c’est au tour d’ Eric d’en terminer. Luc suivra ensuite, regrettant de ne pas s’être échauffé et d’avoir été trop rapidement distancé. Notre vaillant Jean-Claude franchit à son tour la ligne avec une belle performance à son actif.

On croise alors Nicolas qui a abandonné sur le grand parcours à cause de crampes aux jambes .

Classements :

Emmanuel Crespin : 96ième au général, 31ième en catégorie

Marc Sanchez : 137ième au général, 21ième en catégorie

Eric Conejero : 193ième au général, 34ième en catégorie

Luc Sabatini : 249ième au général, 45ième en catégorie

Jean-Claude Tolmos : 346ième au général, 19ième en catégorie

Merci à Emmanuel Crespin pour son récit.